En 2019, ça continue…

the recipe.jpg

Après une fin d’année 2018 riche du colloque que nous avons pu vivre ensemble, nous avons à cœur de pouvoir poursuivre l’activité de l’association.

En 2019, c’est notamment au travers de cinés-débats, d’ateliers thématiques et de groupes de travail que nous souhaitons poursuivre notre réflexion autour de Mayotte, de l’Océan Indien, et de problématiques issues du champ médico-social.

Afin de suivre nos projets et d’y participer, n’hésitez pas à adhérer à l’association via le lien suivant : https://www.helloasso.com/associations/fikira-de-mayotte-et-d-ailleurs/adhesions/adhesion-annuelle-3

 

Atelier de Janvier

atelier janvier 2019

Le 21 janvier, nous avons pu nous retrouver autour de Nicolas Roinsard, sociologue afin d’échanger sur la thématique suivante : « Pauvreté et inégalités sexuées : où en sont les rapports de genre et de solidarité à Mayotte ? »

Voilà en quelques lignes, une présentation de l’atelier réalisée par Nicolas.

« Les travaux que nous avons menés ces dernières années à Mayotte ont montré combien la départementalisation produit de nouvelles inégalités et en accentue les effets en l’absence de politiques de redistribution. La mise aux normes françaises de la société locale profite d’abord aux populations en mesure d’occuper les nouveaux emplois qualifiés, en l’occurrence des métropolitains et une fraction diplômée de la population mahoraise. Pour les autres, massivement peu diplômés, pourvus ou non de la nationalité française, les logiques de survie s’organisent autour des vestiges de l’économie agraire traditionnelle, de l’économie informelle, de la petite délinquance (essentiellement juvénile), des solidarités privées et des quelques revenus de transfert mis récemment en place dans l’île.

Plusieurs indicateurs statistiques montrent ainsi une pauvreté féminine et des inégalités
sexuées. On note, par exemple, que le taux de chômage des femmes au sens du recensement de la population est près de deux fois plus élevé que celui des hommes (47,2% contre 28 % en 2012), et elles représentent près des trois-quarts des allocataires du Revenu de solidarité active (RSA). Pour autant, on peut s’interroger sur la validité de tels indicateurs construits dans le contexte des sociétés salariales européennes. En ce sens, ils ne permettent pas ou prou de mesurer les circuits économiques informels traditionnellement observés et les logiques de l’honneur qui y président, la femme (épouse, sœur, mère) étant normalement prise en charge par un homme (mari, frère, fils) selon des régimes d’obligations et de réciprocités dont on peut difficilement s’affranchir. Les transformations rapides et brutales que connaît la société mahoraise depuis une quinzaine d’années entraîne, de fait, une reconfiguration des régimes
publics et privés de solidarité très peu documentée.

C’est précisément à cette recomposition des rapports sociaux de genre et de solidarité que je consacre actuellement mes travaux de recherche. Centrée sur le recours et le non-recours au RSA, cette enquête souhaite investiguer plus avant les économies familiales contemporaines et, dans ce cadre, la recomposition des régimes publics et privés de solidarité. Quel est le degré de pénétration des politiques publiques dans les économies familiales contemporaines ? Quel rôle jouent les femmes dans ces transformations de régimes de solidarité ? Dans quelle mesure le recours féminisé à l’économie de transfert signe-t-il un recul de l’économie symbolique et, en même temps, une transformation des rapports sociaux de sexe adossée aux nouvelles règles juridiques d’égalité hommes-femmes ? A contrario, que nous dit le non-recours des représentations de la citoyenneté sociale (droits et devoirs, régimes de solidarité, périmètre du lien social, etc.), de la pauvreté et des rapports de genre à Mayotte ? Le non-recours est-il l’expression du maintien d’une économie de subsistance et/ou de solidarités privées exercées à l’échelle du lignage et/ou du village ? Quelle est sa part de logique honorifique ? En quoi les logiques ainsi observées du recours et du non-recours nous informent-t-elles des tensions et des ajustements opérés aujourd’hui entre les logiques exogènes et endogènes de la régulation sociale ?

Pour assister aux prochains ateliers et être tenus au courant de la suite de nos activités, n’hésitez pas à adhérer à Fikira pour 2019 : https://www.helloasso.com/associations/fikira-de-mayotte-et-d-ailleurs/adhesions/adhesion-annuelle-3

9 et 10 novembre 2018 – Colloque de l’association : ADDICTIONS ET DEPENDANCE A MAYOTTE (ME)TISSER LES SAVOIRS, (TRANS)FORMER LES PRATIQUES

L’association Fikira de Mayotte et d’Ailleurs est heureuse de vous convier à son 4ème colloque:

                                » Addictions et dépendance à Mayotte
                           (mé)tisser les savoirs, (trans)former les pratiques » 
Nous vous attendons nombreux pour contribuer à la réussite de cet événement par votre présence et vos réflexions. 
Le colloque se tiendra les vendredi 9 et samedi 10 novembre à la MJC de M’Gombani (Mamoudzou).
Vous trouverez ici en téléchargement :
– l’affiche de l’événement  : Affiche colloque Fikira
– le Pré-programme du colloque  : Pré programme colloque Fikira 2018
– la fiche d’inscription : Fiche d’inscription Colloque Fikira 2018
Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 31 octobre :
* en format papier à partir de la fiche jointe à ce mail, à déposer avec le règlement par chèque ou espèces au Centre Médico-Psychologique de Mamoudzou (dans l’enceinte du CHM)
Un repas est possible sur place sur réservation préalable, au tarif de 15 euros correspondant aux déjeuners du vendredi 9 et du samedi 10 novembre (cf fiche d’inscription papier ou HelloAsso). 
Au plaisir d’échanger avec vous lors de ces deux jours d’échanges et de réflexion, 
L’équipe de Fikira de Mayotte et d’Ailleurs

Actes du colloque

Alors que le prochain colloque Fikira est en cours de préparation, nous souhaitons vous proposer de retrouver l’ensemble des conférences issues du colloque de l’année 2016 portant sur la thématique « Mayotte : Regards croisés sur une île plurilingue ».

Dans cette terre de métissage où plusieurs langues  maternelles, étrangères, administratives se croisent ;  dans ce jeune département en pleine mutation où plus de la moitié des personnes en âge de travailler ne maîtrisent pas le français écrit (INSEE, 2012), nous avons interrogé les avenirs de ce plurilinguisme et les destins des héritages culturels.

A partir de regards croisés, pluridisciplinaires, nous avons analysé ensemble la place des langues dans ce contexte singulier et parlé d’identité. Nous nous sommes interrogés sur les conséquences de ces mutations sur le développement de l’enfant, les parcours scolaires, l’intégration sociale et sur les dynamiques familiales. Nous nous sommes questionnés sur les attitudes adoptées dans la rencontre avec l’Autre, professionnels ou usagers, aux prises avec le plurilinguisme.

Tout un programme que vous pouvez retrouver dans les actes du colloque 2016 : https://www.helloasso.com/associations/fikira-de-mayotte-et-d-ailleurs/evenements/colloque-fikira-2016

APPEL A COMMUNICATION POUR LE PROCHAIN COLLOQUE DE L’ASSOCIATION

L’association Fikira de Mayotte et d’Ailleurs est heureuse de vous annoncer la tenue les vendredi 9 et samedi 10 novembre 2018 d’un nouveau colloque ayant pour thème :

 » Addictions et dépendance à Mayotte:
(mé)tisser les savoirs, (trans)former les pratiques » 

Vous trouverez en pièce jointe l’argumentaire détaillé de cette invitation à penser ensemble, au delà des idées reçues sur les addictions à Mayotte.

Nous invitons toute personne ou groupe de personnes sensibles à la thématique du colloque à envoyer des propositions de communications ou d’interventions, celles-ci pouvant se faire sous diverses formes le jour du colloque, à savoir:

* conférences plénières

* ateliers participatifs

* posters scientifiques

* projections de court-métrages

* expositions artistiques

* spectacles de danse, théâtre, …

Merci de diffuser largement dans vos réseaux de contacts.

Les propositions de communications ou d’interventions sont à nous faire parvenir au plus tard le mercredi 2 mai 2018.

Vous trouverez ci-dessous les documents nécessaire à votre intervention :

Appel à commnication Addictions et dépendance à Mayotte

Proposition de communication 2018

Les personnes ou structures dont les propositions seront sélectionnées seront recontactées avant le 15 juin 2018.

Au plaisir de penser ensemble autour de ce projet

L’équipe de Fikira de Mayotte et d’ailleurs